Mardi 17 mars 2020 19h30 | Coopérative Paradis

Synopsis

Soirée de cinéma d'animation consacrée à Théodore Ushev. Ce magistral court métrage sera précédé par 5 autres films de ce prolifique cinéaste. 

Au programme:

- L'homme qui attendait (2006) 7 min. 
- Tzartitza (2007) 7 min. 
- Demoni (2012)  3 min. 
- Sonámbulo (2015) 4 min. 
- Vaysha, l'aveugle (2016)  8 min. 

- Physique de la tristesse (2019) 26 min.

Physique de la tristesse : une capsule du temps signée Theodore Ushev

- Par Claudia Hébert (Ici Toronto) 

Theodore Ushev lit le roman Physique de la mélancolie de l’écrivain bulgare Guéorgui Gospodinov en 2010 et ressent immédiatement une connexion avec le matériel. En une nuit, le film se cristallise dans sa tête et au matin, il contacte l’auteur pour lui proposer d'adapter son ouvrage sous forme d’un moyen-métrage d’animation.

Une adaptation qui ne sera pas littérale, mais qui emprunte plutôt au texte ici et là des phrases et des fragments. Ushev y injecte aussi des éléments narratifs de son propre vécu, pour rendre le matériel encore plus personnel et près de lui.

Dans Physique de la tristesse, le spectateur se perd dans le dédale des souvenirs et de la mélancolie d’un personnage anonyme, qui contient une universalité plus grande que lui-même. C’est un film labyrinthe, un film capsule du temps, explique le réalisateur. C’est une capsule de mémoire, des objets, des sons, des chansons…

C’est la jeunesse d’un homme dans la Bulgarie communiste, son émerveillement au cirque, ses premiers émois amoureux, le service militaire; et une fois adulte, le déracinement pour partir au Canada, la perte du père. Et à travers ces migrations, ces bagages que l’on amène avec nous et ceux qu’on laisse derrière, ces objets qui deviennent symboliques de nos souvenirs, de notre jeunesse.

Physique de la tristesse est le premier film d’animation créé en utilisant la peinture à l’encaustique. Utilisée depuis des millénaires, les peintures retrouvées sur les sarcophages des pharaons étant peintes avec ce mélange de cire d’abeille et de pigments, l’encaustique représentait justement pour Ushev un vecteur historique de capsules de temps.

Une technique qui venait toutefois avec ses défis. Ça sèche extrêmement vite, alors vous devez dessiner très vite, à une vitesse incroyable, explique Theodore Ushev. Et c’est très physique. Il faut dessiner avec les deux mains. Le cinéaste a dû carrément inventer une façon de travailler pour animer ses dessins, créer pour lui-même une façon de mettre au monde sa vision.

Physique de la tristesse

de Théodore Ushev

Physique de la tristesse
Fiche technique
  • Année 2019
  • Genre Court métrage
  • Pays Québec
  • Langue Français
  • Durée 55 minutes
  • Réalisation Théodore Ushev
Tarifs
  • 8 $ régulier
  • 7 $ réduit
  • gratuit 17 ans et moins
Billetterie