Mercredi 20 mars 2019 19h30 | Coopérative Paradis

Synopsis On lui a collé toutes les étiquettes possibles : obscène, pornographique, révolté, offensant... Frank Zappa n'en avait cure. À une journaliste qui lui demande pourquoi il paraît déplaire à tant de gens, il répond, pince-sans-rire : « parce que je suis laid ». Voilà Frank Zappa, mesdames et messieurs !

Il l'a dit et répété : il a tout fait pour la musique. Avec sérieux et avec humour. Avec rigueur et profondeur, lucidité et sagesse. C'est ce que s'emploie à démontrer chronologiquement le documentariste allemand Thomas Schütte.

Avec l'aide d'images parfois méconnues ou inédites, comme ce voyage en Tchécoslovaquie et la rencontre avec le président Vaclav Havel, le cinéaste montre les qualités innovatrices de la musique de Zappa, ainsi que la pertinence de sa réflexion.

Avec un montage fort habile et bien rythmé entre séquences parlées et extraits de spectacles, le film se met littéralement au service de la pensée et de la musique de Zappa.

D'entrée de jeu, la philosophie du guitariste-compositeur-producteur-cinéaste est exposée clairement : « Je déteste voir quelqu'un avec un esprit fermé à propos de n'importe quel sujet. »

On le voit très jeune à la télévision, timide et sérieux, jouer un concerto pour deux bicyclettes de son cru au Steve Allen Show. Lui qui n'aimait pas vraiment les entrevues, « une nouvelle forme d'inquisition », disait-il, s'y montre toujours généreux, brillant.

On entendra cet amateur de Varèse, Stravinski et Webern comparer, entre autres, la culture américaine, qui a choisi « le goût douteux comme mode de vie », à l'européenne.

On le verra s'amuser beaucoup avec les différentes générations de son groupe, les Mothers of Invention. Frank Zappa est ce travailleur infatigable, défenseur de la liberté d'expression devant le Congrès américain et, enfin, très malade mais d'une lucidité accrue, disant que la postérité lui importe peu. La musique, oui, lui, non.

C'est là que Frank Zappa est le plus vrai, le plus touchant. Il accorde à la musique une telle valeur universelle et supérieure qu'il apparaît inconcevable à l'artiste que la planète entière ne s'y rallie pas. Voilà un message que devraient entendre, en tout cas, ses quatre enfants qui, aujourd'hui encore, se disputent son héritage.

On le voit aussi à Londres avec celui qu'il a choisi pour diriger ses partitions avec l'orchestre symphonique, nul autre que Kent Nagano. Alors, maestro, à quand une soirée cette fois consacrée exclusivement à la musique de Frank Zappa à l'Orchestre symphonique de Montréal ?

****

MARIO CLOUTIER
La Presse

Eat That Question: Frank Zappa in His Own Words

Eat That Question: Frank Zappa in His Own Words
Fiche technique
  • Année 2017
  • Genre Documentaire
  • Pays États-Unis
  • Langue Anglais
  • Sous-titres Français
  • Durée 93 minutes
Tarifs
  • 8 $ régulier
  • 7 $ réduit
  • gratuit 17 ans et moins
Billetterie