Samedi 22 mai 2010 19h30 | Coopérative Paradis

Synopsis Afin de préserver le caractère intimiste de la  pièce, Jean-Louis Millette avait décidé avec  l’auteur, Larry Tremblay, de la jouer uniquement  dans des petites salles, avec des reprises  chaque année, pour permettre à un plus large  public de découvrir cette oeuvre œuvre  prémonitoire.

De 1996 à 1999, Jean-Louis Millette a tenu  parole et personnage, en remplissant de  nombreuses salles qui ne dépassaient jamais  la centaine de places. À l’automne 1999, Jean- Louis Millette préparait une tournée à travers les  maisons de la culture de Montréal et en région  où il allait fêter la centième représentation. Son  décès accidentel, à l’automne, mettait fin à une  aventure et à un spectacle promis à une longue  carrière. Le hasard a voulu que la dernière
représentation ait lieu à Chicoutimi devant une
salle enthousiaste et admirative.

Je crois que la rencontre vécue comme une profonde collision entre un comédien et un personnage est une chose qui arrive rarement plus d’une fois dans une vie d’acteur. Dans le parcours exemplaire de Jean-Louis Millette, ce qui aujourd’hui éclaire le mieux l’évolution de son travail d’artiste, c’est le fil invisible qui relie deux personnages aux antipodes et pourtant devenus emblématiques de l’inconscient collectif québécois. Qui aurait pu prédire que le comédien qui a inventé Paillasson, quitterait la scène dans les habits métaphoriques de Gaston Talbot ?


The Drangonfly of Chicoutimi

de Jean-Claude Coulbois

The Drangonfly of Chicoutimi
Jean-Claude Coulbois
Fiche technique
  • Année 2010
  • Genre Documentaire
  • Pays Québec
  • Langue Français
  • Durée 84 minutes
  • Réalisation Jean-Claude Coulbois
Tarifs

Libre

Billetterie